Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je marche, je médite

26 Février 2016 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Je marche, je médite

Lorenzo Lunar la vie est un tango (Folio)

Il y a des gens qui partent à la campagne pour méditer. Cela se fait pas mal, actuellement. Il y a aussi des types qui se disent férus de religion hindoue et qui grimpent la colline du Capiro, dans les environs de Santa Clara, à midi ; ils s’assoient par terre pour prendre le soleil sur le caillou et méditer.

Il y en a qui, toujours pour méditer, s’offrent le luxe d’écouter de la musique, avec des écouteurs pour que personne d’autre n’entende, barricadés dans une pièce, parce que c’est très personnel. Ça, c’est pour ceux qui peuvent se le permettre.

J’ai à peine le temps de réfléchit à mes histoires de boulot. Et, évidemment, encore moins de m’épancher sur mes problèmes personnels. C’est vrai que du coup je les mélange souvent, ou disons plutôt qu’ils s’entremêlent et que je dois composer avec.

En fait, le seul moment où je peux penser à tout ça, ou à autre chose d’ailleurs, c’est aux toilettes ou sous la douche.

Qu’est-ce que la méditation ? C’est faire la différence entre « voir (un ensemble) » et « regarder (quelque chose en particulier ». Cela consiste à mettre son esprit « ici et maintenant » en regardant, écoutant, sentant ce qui se passe autour de soi.

Pourquoi méditer ? Pour apprendre à décompresser. C’est non seulement à la mode, mais cela devient une tendance de fond. Le meilleur exemple ? Mc Kinsey publie cette semaine des articles sur le « well being at work » et l’importance de bien dormir avec des conseils aux dirigeants pour faciliter le sommeil de leurs collaborateurs. Cela n’est pas du à n moment de charité : cela rend les entreprises plus profitables.

Comment méditer ? On imagine souvent qu’il faille se mettre en position de lotus. Mais vous pouvez méditer assis sur une chaise ou simplement en marchant.

Que faire ? Marchez droit, avec le corps relâché. La vitesse importe peu. Inspirez sur un trois ou quatre pas et expirez sur le même nombre de pas. Vous pourrez, avec le temps, augmenter le nombre de pas à l’inspiration (et à l’expiration). L’important est d’être à l’aise, sans essoufflement.

Pour éviter de « regarder » (et donc de vous concentrer sur un point ou une idée), restez centré sur votre souffle.

Qu’allez-vous y gagner ? votre capacité respiration va s’améliorer et votre système nerveux se renforcer.

Alors, qui n’a pas dix ou quinze minutes de marche à faire chaque jour pour aller (ou revenir) au travail, pour circuler dans la journée ? Vous ne deviendrez pas ainsi tel que le héros du livre ci-dessus.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article