Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Attention à l'attention

9 Juin 2017 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Dans son livre « Méditer, jour après jour » (Editions L’iconoclaste, 2011) Christophe André utilise une méthode originale : chaque chapitre commence par l’analyse d’un tableau, à partir duquel il développe son thème.

Parmi les nombreux thèmes abordés, je me suis particulièrement intéressé à celui de l’attention (je porte beaucoup d’intérêt à la gestion des priorités et, plus globalement, à l’équilibre vie privée / vie pro).

Il cite une définition de William James, un des fondateurs de la psychologie moderne : « L’attention est la prise de possession par l’esprit d’une suite de pensées parmi plusieurs qui semblent possibles. Elle implique le retrait de certains objets, afin de traiter plus efficacement les autres. »

Il y a différentes façons d’être attentif : l’attention peut être focalisée ou large ; elle peut être aussi réfléchie (je me concentre sur un sujet, résoudre un problème par exemple) ou immergée (je suis pleinement à ce que je fais, bricoler, faire du ski par exemple).

Plus notre attention est large et immergée, et plus nous avons une présence intense et ouverte à l’expérience que nous vivons.

Ces capacités attentionnelles sont à la base de notre efficacité mentale comme de notre bien-être. Or nos modes de vie contemporains tendent à les affaiblir. Nous évoluons dans des environnements psychotoxiques qui fragmentent notre attention en lui proposant des sollicitations accrocheuses (publicité, mails, SMS...).

Le problème est que notre mental tend déjà vers cela, vers la distraction et la dispersion. Notre esprit est attiré par le bruyant et le facile, comme notre goût est attiré par le sucré et le salé.

Ce type d’environnement et notre absence d’efforts pour le contrebalancer font que notre attention a alors tendance à toujours fonctionner sur un registre attentionnel serré et étroit : on passe son temps à sauter d’un souci ou d’une distraction à un(e) autre. Cela pourrait être une source d’alimentation des états anxieux et dépressifs. D'où l’intérêt d’y travailler pour protéger et restaurer ses capacités attentionnelles.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article