Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Carrière : le retour ?

27 Août 2011 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Voici une vidéo sous forme de comédie musicale qui évoque l’histoire d’un chef de produit qui quitte son entreprise.  Un an plus tard, déçu par son expérience, il revient dans sa société d’origine, celle où il est vraiment chez lui.
Cette  vidéo construite et diffusée par l’un géants des produits de grande consommation (Procter & Gamble, plus connu en France sous le nom de ses marques : Pampers, Ariel,…) m’interpelle à plusieurs titres.
1.       Dans une guerre de pénurie des talents, les entreprises acceptent-elles plus facilement le retour d’ex-salariés, voire les encouragent-elles ?  Cela s’est toujours plus ou moins fait selon les cultures d’entreprise. Est-ce une tendance en hausse ?
2.       A titre individuel, est-ce une bonne chose de revenir au sein de son ancienne société ? Ceux qui ont laissé leur société vivre sa vie un certain temps (je pense par exemple aux femmes en congés de maternité ou aux salariés qui vont suivre à temps plein des études) se retrouvent souvent en décalage mental avec leurs collègues. Ces derniers pensent que peu de choses ont changé, mais celui (ou celle) qui réintègre l’entreprise ne partage pas ce sentiment. Cela vient-il du décalage et de la prise de recul ou tout  simplement de l’évolution de l’entreprise ?  Notre vidéo n’en parle pas.
3.       Peut-être faut-il  réfléchir aux conditions qui font que ce retour soit positif pour la personne concernée. La boussole de navigation NEWS (cf. www.trouversavoie.org) nous donne quelques pistes
a.       Est-ce que votre direction future est en ligne (à 3 ou 5 ans) avec celle de l’entreprise à date ?
b.      Est-ce que vos valeurs et celle de votre employeur concordent toujours (dans l’hypothèse où elles concordaient avant) ?
c.       Les causes de votre départ il y a quelques temps sont-elles toujours d’actualité ?
d.      L’expérience acquise ailleurs et les compétences développées sont-ils pris en compte ?
  
Vous-même, avez-vous vécu (ou vu) de telles situations ?
Lire la suite

Carrière, job, actions : faut-il suivre Lao Tseu ou Confucius ?

20 Août 2011 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Lao Tseu et Confucius sont deux grands maîtres de la philosophie chinoise. Leurs enseignements sont assez différents. Ils reflètent bien les deux chemins que nous avons devant nous en termes d’actions ou de carrière.

Pour les adeptes de la «manière» du Tao, concevoir l’existence, à la manière des Confucianistes,  comme une lutte permanente de l'homme sur l'homme et  contre l'ordre naturel des choses ne peut que se terminer à la fin dans le chagrin.

Les Taoïstes s’efforcent de comprendre la nature intime des choses, y compris les personnes, et de travailler avec eux plutôt que contre eux.  Par conséquent, lorsque les Confucianistes sont dans le rapport de pouvoir, les Taoïstes sont accommodants ; où les Confucianistes veulent passer en force, les Taoïstes ne dépensent pas leur énergie « contre », mais « avec »; si les Confucianistes exploitent toutes les occasions, les Taoïstes se laissent porter par les évènements.

Aujourd'hui, alors que notre monde développé passe d'un mode industriel de travail à un autre basé sur l’échange d’information,  la pensée de Lao Tseu correspond bien à cette nouvelle façon de travailler les uns avec les autres.

Voici 2 citations tirées du Tao Te King, qui résument la contribution de Lao Tseu à la pensée du leadership et du management:

1.    «un leader est au top quand les gens sont à peine conscients de son existence, par contre il ne joue pas bien son rôle quand les gens se contentent d’obéir et de l’acclamer, toutefois le pire est quand ils le méprisent.  Un bon leader est quelqu’un qui parle peu,  et dont les collaborateurs pensent, quand le but est atteint,  «Nous avons fait cela nous-mêmes."

  1.  « Parmi toutes les choses du monde, il n'en est point de plus molle et de plus faible que l'eau, et cependant, pour briser ce qui est dur et fort, rien ne peut l'emporter sur elle.
    Pour cela rien ne peut remplacer l'eau. Ce qui est faible triomphe de ce qui est fort ; ce qui est mou triomphe de ce qui est dur. »

Le management (et souvent le leadership) a souvent été diffusé, valorisé et reproduit comme un combat « contre » (l’environnement, la concurrence, les hommes). Peut-être est-il temps de s’adapter à notre nouvel environnement et de changer de philosophie.  

Lire la suite

Pensez à pépé à la rentrée !

11 Août 2011 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Nous voici à la mi-août, le moment de prendre des bonnes résolutions pour la rentrée, de bons choix. Lesquelles ?  Pensez à  Pépé !
 
 
 
Lire la suite

La générosité paye-t-elle ?

6 Août 2011 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Lors d'un match de baseball aux USA, Ian ibntercepte une balle lancée par un joueur et adressée à Ian. Regardez la suite :
 
 
 
Lire la suite

Avez-vous une boussole morale ?

1 Août 2011 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Le scandale des téléphones piratés par les journalistes de la revue « News of the World » de ces dernières semaines en Grande Bretagne a mis en évidence les connivences entre journalistes, politiques et policiers. Ce qui a frappé le plus l’opinion publique est la confusion entre objectif et moralité de grands leaders comme le chef de la police ou le 1er ministre. Est-ce qu’être un leader reconnu est un gage de moralité en soi ?

Stephen Covey, connu pour ses études sur le leadership, fait une nette distinction entre la personnalité d’un leader et son caractère. La personnalité de celui-ci, c’est ce qui lui permet de s’imposer aux yeux de tous : ses compétences, sa manière de réseauter, son habilité dans les situations les plus diverses, sa capacité à fédérer les gens…  Son caractère, lui, se traduit dans les valeurs qu’il exprime dans ses actes : honnêteté, intégrité et la boussole morale qui lui permet de faire un lien entre ses actions et ses valeurs.

La boussole NEWS, développée par Aviad Goz (co-auteur de ce blog)exprime bien cette idée. Nous devons non seulement distinguer nos buts (« Nord »), nos actions (« Ouest »), nos freins (« Sud ») de nos valeurs (« Est »), mais aussi de s’assurer qu’il n’y ait pas d’écarts entre ces points cardinaux. Lorsqu’il y a un écart entre nos buts et nos valeurs, il y a un écart de congruence.

Selon Warren Bennis, un autre gourou du Leadership, le véritable leader fait une claire distinction entre les valeurs qu’il estime justes et les autres. Lorsque des circonstances nouvelles et/ou complexes l’obligent à faire des choix, le leader ne cherche pas seulement à apprécier les risques. Il décide sur la base de ses valeurs.

Et vous, quel lien faites-vous entre vos actions au quotidien et vos valeurs ? Quelques questions à vous poser à ce sujet :

          comment ces valeurs se manifestent dans votre /vos  objectif(s)  ?

          comment ces valeurs s’expriment-elles au jour le jour et dans tous les aspects de votre vie ?  

          Sont-elles toujours présentes ?

          Quand elles ne le sont pas, pourquoi ?

          Vos valeurs essentielles sont-elles en contradiction avec votre comportement au quotidien ?        

          Comment ces valeurs peuvent-elles mieux s’intégrer dans votre vie ?

Lire la suite