Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La recherche universitaire sauve le Père Noël

29 Décembre 2012 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Nous avons eu chaud ! Le Père Noël a failli disparaître, non que des intégristes de tous poils aient voulu sa peau, mais simplement parce que les scientifiques s’en sont mêlés. Si vous ne savez pas à quoi sert la recherche universitaire, vous en aurez ici une petite idée.

En 1990, la très sérieuse revue scientifique SPY avait quasiment enterré le Père Noël. La démonstration était sans faille : 90 millions de foyers  à visiter en une nuit, avec un chargement a minima de 321.300 tonnes (à raison d’une brique de lego / foyer), c’était une tâche titanesque. Pour y arriver, il faudrait 214.200 rennes volants à 1.000 kilomètres / seconde. Impossible, dit la science, à cette vitesse les rennes seraient désintégrés en vol. De plus, le Père Noël aurait supporté une pression de plus de deux milliards de fois de ce que supportent les pilotes de chasse (avec une combinaison ad hoc). Scandaleux, ont hurlé les défenseurs des droits de la femme. En effet, comme chacun sait les rennes mâles perdent leurs bois en hiver : donc ce seraient les rennes femelles qui se paieraient tout le travail (et les risques associé).  Comme d’habitude, diront les esprits chagrins.

Heureusement,  Zorro, sous le nom de Larry Silverberg, est arrivé. Qui est-il ? Il est professeur d’ingénierie mécanique aérospatiale à l’Université de Caroline du Nord (USA).  En tirant parti des travaux d’Einstein, et des avancées des recherches en termes d’ondes électromagnétiques, de nanotechnologies, de génie génétique et d’informatique, il affirme que le Père Noël peut accomplir sa tâche. En réactualisant les données démographiques, le Père Noël aurait aujourd'hui 196,3 millions de kilomètres à parcourir à 8.180.275 km/h, ce qui « n'est pas impossible » rappelle le scientifique, mais demeure hautement improbable. Sauf si le vieil homme est un mordu d'Einstein. « Grâce à sa connaissance approfondie de la théorie de la relativité, Le Père Noël sait que le temps peut être étiré comme un élastique et l'espace pressé comme une orange », dit ainsi Silverberg. En mettant en pratique la théorie physique des «nuages de relativité », il pourrait grosso modo créer autour de son traîneau une « bulle d'espace » dans laquelle le temps serait dilaté. Il pourrait ainsi, avec « 750 traineaux », tout accomplir en « six mois de Père Noëla », soit « 24 heures dans notre conception terrestre du temps ». Je vous passe les détails sur les nuages d’espace, les bulles d’espace et autres fantaisies du même genre. De nombreux scientifiques estiment ses travaux plausibles.

Ce professeur a même été plus loin : il a étudié la logistique et la livraison des jouets.  Il imagine ainsi un nano-fabricant de jouets qui construirait les jouets atome par atome dans la maison.

Vive la science… et bonnes fêtes à tous !    

Lire la suite

Ne marchez plus seulement sur la route !

22 Décembre 2012 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

La liberté, est-ce de suivre les routes ou de marcher à côté des routes ? En cette veille de fêtes, je vous souhaite de vous sentir libre d’aller où vous avez envie de porter vos pas et je prendrai comme exemple les Ghiliak.     
Maintenant que nous savons que nous sommes tous en vie et que la fin du monde selon l’interprétation que nous avons faite des Mayas n’a pas eu lieu, je vous propose un texte extrait de mes lectures de la semaine. Il s’agit du livre d’Haruki Murakami (1Q84, collection 10-18, 2012). Il  m’a fait découvrir les Ghiliak, un peuple qui vivait (vit encore ?) dans l’ile de Sakhaline à l’extrémité orientale de la Russie et qui a été décrit par Tchekhov (cité par Murakami).
 
« Le corps du Ghiliak est robuste et trapu; il est de taille moyenne, petite même. Une taille trop élancée le gênerait dans la taïga. Il est sec et nerveux, dépourvu de téguments adipeux; on ne voit jamais de Ghiliak gras ou obèse.  Ils sont vifs, avisés, gais, dégagés et n'éprouvent aucune contrainte en la société des puissants et des riches. Ils ne reconnaissent aucune autorité, il semble bien que la conception de "supérieur" et d'"inférieur" leur est inconnue. On peut évaluer leur difficulté à nous comprendre par le fait qu’ils n’ont pas encore tout à fait saisi à quoi sont destinées les routes. Même lorsqu’elles existent, ils continuent à voyager à travers la taïga. On les voit souvent aller en file indienne, suivis de leur famille et de leurs chiens… » (Extrait du livre tome 1)
 
Loin de moi de ressusciter le mythe du bon sauvage. Son rapport aux autres et notamment aux femmes n’est pas à reproduire. Toutefois, sa difficulté à interpréter le sens des routes m’a interpellé : pourquoi restons-nous sur des routes ? La facilité d’y marcher ne nous conditionne-t-elle pas à… y rester ?
 
Cela m’évoque aussi la chanson de Michel Berger : « Il jouait du piano debout ».
 
 
 
Je souhaite que 2013 vous permette de libérer votre potentiel et de sortir des routes et des sentiers battus.
Lire la suite

En 2013, soyez plus transparent !

15 Décembre 2012 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Le monde change, l’économie change. La tendance n’est plus à la gonflette ou aux paillettes, mais à la transparence. Si en 2012, vous étiez un produit avec une marque prestigieuse « Moi », en 2013, affirmez vos valeurs  « Je suis » !

Les dix dernières années ont été des années d’extériorisation : des buildings de plus en plus grands, des marques aux biceps gonflés (ce qui n’a pas empêché Enron, Lehman Brothers et d’autres de plonger).  La dure réalité nous a rattrapés et les vents ont tourné. 

Aujourd’hui, la tendance est à plus de discrétion, à la consommation de produits locaux ou régionaux. Les bâtiments deviennent transparents : avant, on ne voyait jamais au jour le travail des boulangers ou des garagistes. Maintenant, ils sont séparés de nous simplement par une vitre. Les buildings récents sont aussi transparents, les espaces cloisonnés sont remplacés par des parois vitrés. Même les emballages de produits de consommation deviennent transparents, voire se réduisent. 

Vous me direz peut-être que les réseaux sociaux n’en finissent pas de croitre. C’est vrai, mais là aussi il y a un retour de tendances vers un noyau central d’amis. L’approche de Google + avec ses cercles en ait un intéressant exemple.     

Ce retour vers la transparence, la visibilité se traduit aussi dans les comportements recherchés :  des valeurs, de la richesse intérieure et un esprit de coopération.

Alors, revoyez votre approche en 2013.   

Lire la suite

Carrière : ce que Sandy m'a appris

8 Décembre 2012 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

La région du nord –est des USA vit, après Sandy, une véritable catastrophe qui peut s’annoncer profitable pour votre carrière professionnelle.

Reprenons les faits : l’ouragan Sandy a dévasté toute une région. Si Manhattan n’a pas trop souffert (sauf les bords de mer), cela a été un désastre dans les proches banlieues (Staten Island, Queens) et dans les environs. Les Américains commencent à prendre conscience de plusieurs choses :

·         D’abord, toutes les structures éphémères en bois ou en toile ont été soufflées et balayées.  Comme dans l’histoire des trois petits cochons : un peu de vent et plus de rien. 

·         Ensuite, il faut choisir, lors de la reconstruction, si on reconstruit sur la base d’un risque centenaire ou d’un  risque tous les 500 ans.  L’investissement n’est pas le même. Or, dans un pays où la baisse des impôts a été le sujet central depuis plus de vingt ans, comment faire accepter, l’émotion passée, des hausses d’impôt ?

·         Enfin (et la liste n’est pas exhaustive) que la générosité de tous a été à la portée de l’évènement et bien au-delà de l’aide des services publics. 

  Si je transpose cela dans le contexte d’une carrière professionnelle aujourd’hui en France, j’en tire trois leçons :

·         La première est que le transitoire ne dure qu’un temps : celui de passer d’une situation à une autre. Cela peut être un an, deux ans voire trois ans pour trouver ce que l’on veut faire.

·         La deuxième chose est que l’univers du travail est instable et cela ne semble pas s’arranger dans les années à venir  (après, dans le long terme, on sera tous morts, disait Keynes). Alors, pourquoi rester ou prendre des boulots alimentaires  si vous avez de bouger ou de lancer un projet ? Construisez à long terme ! 

·         La troisième est que vous n’êtes pas seul. Allez au-delà de vos amis et votre famille : vous serez étonné de l’aide que vous pouvez trouver. Comment commencer ? Par les amis de vos amis !

Le monde bouge, bougez !

Lire la suite

Réapprenez à écrire !

1 Décembre 2012 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Un article de Fortune  (daté Du 3 décembre 2012) à propos de Jeff Bezos (Amazon) nous révèle que le comité directeur commence avec la lecture individuelle de six pages de mémos et ce dans le plus parfait silence. L’écrit structuré fera-t-il bientôt son retour dans votre quotidien ?

Imaginez une entreprise qui innove en permanence, un patron charismatique (le dernier grand perturbateur créatif après  la mort de Steve Jobs), une culture très décalée et des pratiques qui semble d’un autre temps : pas de Powerpoint, un document synthèse de mémos en six pages sur papier (pas de Kindle !) avec un texte structuré , de vrais phrases, des verbes…

Lorsque vous avez appris à communiquer en Powerpoint, SMS et autres « communicator », vous avez lentement mais sûrement  désappris à écrire. Remarquez, vous en avez presque perdu l’habitude depuis longtemps. De nombreuses écoles d’ingénieurs en France ont réintroduit des cours d’orthographe et les entreprises leur ont emboité le pas.

Jeff Bezos est-il tombé sur la tête ? Fait-il une cure d’anciennes méthodes ou nous annonce-t-il le retour de l’écrit ? Ce document appelé « narratives » (narration ou récit) est lu en silence par tous durant trente minutes. Chacun prend des notes par écrit sur le document. Puis le comité débute.     

A la fois exercice de concentration (vous avez rarement trente minutes de silence sans interruption), de partage d’informations et de concentration (vous en oubliez vos préoccupations d’avant la réunion), cette méthode vous force à vous concentrer sur le moment présent en oubliant vos gadgets  (Tablettes, mobiles) et à raisonner puisque les phrases sont construites (phrases complètes + exercice de synthèse pour tout caler en six pages).

Le patron d’Amazon préfigure peut-être la réaction à la culture de l’urgence et du zapping.

A méditer et à mettre en application si votre environnement et votre pouvoir le permet !

Lire la suite