Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pour en faire plus, faites-en moins !

22 Mars 2013 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

La fin du mythe du workalcoolique : tout le système économique est là pour nous encourager à travailler plus, à faire des heures supplémentaires et à être en liaison avec nos affaires jour et nuit grâce à (ou à cause de) notre smartphone. La preuve ? Dites à vos amis que votre travail ne vous submerge pas et que vous terminez à une heure normale : vous serez immédiatement taxé de paresseux, de « fonctionnaire » (vieux cliché !) quand, eux, vos amis travaillent jusqu’à 20h et restent joignables jour et nuit (ils oublient aussi de dire qu’ils commencent souvent vers 9h30/10h.)
Pourtant, il y a 2500 ans, à une époque où n’existait pas Internet, Lao Tseu écrivait : « Celui qui s’accroche à son travail ne créera rien de durable. Fais simplement ton travail et lâche prise ».  Plus facile à dire qu’à faire, diront certains.
Pourtant, de nombreuses études montrent qu’un mélange de travail intellectuel, d’activités physiques en journée, de courtes siestes l’après-midi et davantage de sommeil favorisent la productivité et la performance.
Ainsi, une étude de l’université de Floride (USA) a établi que les professionnels avaient tendance à travailler mieux par intervalles de 90 minutes avec des pauses régulières.
A titre d’illustration, voici une vidéo d’un chantre du « Pour en faire plus, faites-en moins ! ». Il s’agit de Tony Schwartz. Tony Schwartz est le fondateur et PDG de The Energy Project, une entreprise qui aide individus et des organisations à recharger leur énergie et à développer leur engagement, leur concentration et leur productivité.
Lire la suite

Osez transmettre vos connaissances

17 Mars 2013 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Former-mentorer-couv.JPGLa transmission des connaissances est un des sujets chauds du moment à la fois pour les managers et pour les organisations. Comment assurer la survie du savoir quand toute la gnération du baby-boom part à la retraite ? Voici un extrait du livre coécrit avec Dominique Szulka : "Former, mentorer, tutorer" à paraître le 21 mars chez ESF.

Soyons honnêtes, dès lors qu’il s’agit de transmettre votre savoir, voire d’organiser la transmission du savoir de l’équipe vers d’autres services, votre première réaction sera de considérer cette mission parmi d’autres tâches, à la différence près que celle-ci paraît complexe à mettre en œuvre : « transférer quoi et à qui ? », « comment m’y prendre ?», « où trouver le temps nécessaire alors que je croule déjà sous le travail et que le transfert de ma connaissance n’est pas inscrite dans mes objectifs ? ». Pour autant, la mise en œuvre d’un process de transmission peut aussi se révéler bénéfique à terme, tant pour vous que pour l’entreprise. 

 

En moyenne, un Français reçoit 35 mails par jour. Ce phénomène a accentué ce qui a toujours été une réalité : le temps économique n’est pas le temps social. D’un côté, il faut délivrer vite des informations en ayant toujours le regard fixé sur les résultats ; de l’autre, prendre le temps d’expliquer, de convaincre, motiver, partager pour conduire à l’action.

 

Pris dans des logiques d’objectifs collectifs et individuels, le manager s’adapte d’abord à ce qui lui est demandé. Mais dans l’entreprise, sait-on encore questionner ? Trop souvent, la solution d’une problématique donnée est envisagée avant même d’avoir creusé la nature du problème.

 

De plus, dans cet environnement vertigineux  et incertain  les décisions prises peuvent être rejetées avec la même force de conviction que celle qui animait leur mise en place, il est de bon ton de raccourcir les temps consacrés à l’apprentissage.

La difficulté du manager réside dans le fait qu’il est toujours en situation de tiraillements, a priori en contradiction : le business – traduit dans les objectifs, la recherche du résultat et le reporting – contre l’équipe  qui produit et qu’il doit développer en termes de compétences. S’il est vrai que le manager est le premier niveau RH de l’organisation  il doit sans cesse naviguer entre le court terme et le moyen terme.

Longtemps les modes de fonctionnement de l’entreprise laissaient la part belle aux personnes qui détenaient l’information. En 1977, le sociologue Michel Crozier décrit ce système et fait la démonstration que le pouvoir appartient à la personne qui sait.

À l’heure des réseaux sociaux, la durée de pertinence d’une information est devenue très courte. À peine connue, déjà diffusée, propagée, l’information peut perdre de son intérêt mais reste exploitable. En ce sens, le « pouvoir » n’appartiendrait-il pas alors à celui qui transforme l’information pour la rendre intéressante ou utile, et la partager au plus grand nombre ? Si vous acceptez ce postulat, il est temps de formaliser votre savoir et d’organiser des opérations de transfert.

Non diffusée, toute connaissance à quelque niveau d’expertise que ce soit risque de se scléroser. Faire le pari de la partager, c’est multiplier le nombre de personnes « sachantes » et potentiellement la transformer en pratique.

 
Lire la suite