Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faites du business dans votre business !

26 Mai 2017 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

J’ai mis sur Linkedin et Scoop-it mardi dernier un article sur une start-up qui vous aide à transformer votre logement en place de co-working.

Il semblerait que le besoin soit plus profond. J’en veux pour preuve cet extrait de presse dd Franche Comté :

La banque verte se lance dans le coworking, dans le but de proposer de nouveaux services sur place et de ne pas fermer ses agences locales.

.En principe privilégiés par les jeunes pousses qui désirent bénéficier d’un espace d’échange et de partage, ces espaces débarquent dans quelques agences Crédit agricole du département. À une nuance près : « pour l’instant, on ne fonctionne que sur un principe de « bureau partagé », mais sur des espaces loués à des entreprises ou des associations par demi journée », explique Alain Martischang, chargé de mission diversification au Crédit agricole. Ainsi, la 1re association à bénéficier de ce système, l’Aropa Franche-Comté, a-t-elle demandé à disposer d’un bureau à Saône pour trois demies journées par semaine.

Cette démarche s’inscrit dans la volonté de la banque de ne fermer aucune de ses 133 agences qui maillent le territoire régional, et d’optimiser ses espaces professionnels en les ouvrant à des tiers extérieurs. Les agences franc-comtoises, réorganisées il y a peu, disposent de place libre. « L’enjeu principal, c’est de s’adapter à l’évolution de la société », résume David Dufour, directeur marketing de la banque. Et en effet, la fréquentation des agences bancaires tend forcément à se diminuer fortement avec le développement des offres internet. « L’idée serait d’aller vers des agences « à l’américaine », même si on en est très loin, reprend Alain Martischang. Aux USA, il y a de tout dans les agences bancaires, jusqu’au cours de yoga... Ouvrir nos locaux à de nouvelles initiatives, c’est bénéfique pour tous. » La démarche n’est pas commerciale, même si un loyer est facturé aux bénéficiaires : 50 € par mois pour l’association Aropa pour trois demies journées par semaine.…

Le phénomène se répand : j’ai vu dans des gares en province des espaces ouverts de coworking avec prise et wifi offert.

En bref, proposez à votre patron de louer une partie des locaux à des start-up ou des associations et développez du business dans le business. Qui a dit que le Français n’étaient pas des entrepreneurs ?

Source : http://www.laterredecheznous.com/news/fullstory.php/aid/6233/R_E9utiliser_l_92espace_des_agences_du_Cr_E9dit_agricole.html

Lire la suite

L'acte créateur

19 Mai 2017 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Dans le cadre de la magnifique exposition de l’artiste Prune Nourry au sein du musée Guimet* à Paris, François Ansermet, psychanalyste suisse, a préfacé le catalogue de l’exposition. Ci-dessous un texte sur la sérendipité qui pourrait me semble-t-il à bien d’autres domaines que la science ou l’art (sous-entendu à la créativité, l’innovation, le leadership...)

La sérendipité** est ce processus de découverte de ce que l’on ignorait mais qui surgit sous nos yeux de façon inattendue et contingente. Tout l’enjeu est d’en être conscient, de s’en saisir et de se risquer à en faire usage, avec sagacité. Car on peut laisser passer ce qui survient. On peut même considérer la sérendipité comme un phénomène dérangeant, une source d’égarement, voire une erreur, tat elle est inattendue et nous amène vers un horizon nouveau.

Néanmoins, l’inattendu provoque souvent le rejet et de fortes résistances peuvent être opposées. Y accéder, c’est accepter d’être actif dans ce processus de découverte, de consentir au nouveau qui s’impose. Ce champ des possibles permet à la sérendipité de jouer un vrai rôle dans les avancées de la science. Des voies de recherches nouvelles se sont ouvertes grâce à des savants éclairés, disponibles et curieux de ce qui surgissait devant leurs yeux, devant leur intelligence. Si l’on est trop fixé sur ce que l’on connaît déjà ou sur les résultats auxquels chacun peut s’attendre, on prend alors le risque de passer à côté de la sérendipité.

C’est en ce point que l’acte de l’artiste rejoint celui du scientifique : consentir à l’inconnu, au nouveau, qui dépasse celui qui le rencontre comme celui qui le produit.

L’acte créateur est au centre de la démarche du scientifique autant que celle de l’artiste. Dans les deux situations, il s’agit d’accéder à un réel inédit offert par la sérendipité grâce à une contingence heureuse. Au scientifique de le reconnaître, puis de se l’approprier. A l’artiste, de par son geste créateur, de s’en saisir.

Une expo à ne pas rater !

* Plus d’infos sur l’expo en cours : https://goo.gl/nwVlma

** Plus d’infos sur la sérendipité (et son origine) : https://goo.gl/1YKG2F

Lire la suite

Quel guru êtes-vous ?

12 Mai 2017 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Arouna Lipschitz est une philosophe française qui, après un doctorat es lettres, a passé dix ans de sa vire en Inde où elle est devenue swami (moine bouddhiste) et dirigea un ashram à Paris. Elle a raconté son étonnant parcours dans divers livres. Dans celui-ci, elle raconte justement ce qu’elle a ressenti lorsqu’elle est devenue une responsable, un guru pour ses fidèles.

Un guru, homme ou femme d’influence, vit en accord avec ce qu’il prêche. Il « marche sa parole » comme disent les Indiens. En ce sens, il se doit d’être transparent pour son entourage, prêt à répondre à toute question. Il suggère, recommande, mais n’ordonne jamais. Et enfin, sa porte est toujours ouverte, laissant à chacun le loisir de partir à tout moment.

Quelle est la définition première du mot « guru » ? Un homme ou une femme qui a du poids, dont la présence éclaire. Cela vaut pour toute personne qui fait autorité en sa matière. Elle devient naturellement un phare pour les autres. Que son influence soit bonne ou mauvaise, elle n’en est pas moins un mentor, un chef, un guru. Il ne s’agit pas tant d’une fonction que d’un état d’esprit.

Cela m’interpelle à deux titres :

  • Le premier est le lien qui existe entre le rôle de guru et celui de leader.
  • Le deuxième est la partie du texte qui souligne que cela vaut pour toute personne qui fait autorité en sa matière. Dès que vous maîtrisez une matière et que vous y êtes un expert, vous êtes un guru, un leader potentiel. Nous sommes tous des leaders potentiels, chacun en notre domaine.

En adaptons-nous la posture ? Trop souvent, par timidité (« je ne sais pas grand-chose ») ou par mésinterprétation (« je n’aime pas ceux qui se mettent en avant»), nombre de personnes développent un complexe d’infériorité, sans avoir (eu) conscience de la richesse qui est en eux.

Contrairement aux clichés, personne n’est leader en tout (toujours l’erreur entre leadership et charisme), mais à chacun de développer sa part de leadership, part qui favorise l’estime de soi et d’affirmation (positive) de soi.

Et vous, en quoi êtes-vous un guru ?

 

Lire la suite

Recrutement et stratégie font-ils bon ménage ?

4 Mai 2017 , Rédigé par Aviad Goz & Gérard Rodach

Un cabinet international de recrutement (Korn Ferry) a interrogé 1100 professionnels du recrutement et des ressources humaines issus du monde entier, tous secteurs d’activité confondus.

Conclusion : seulement 38% des professionnels du recrutement en Europe estiment que leurs recrutements sont alignés par rapport aux objectifs stratégiques de l’entreprise.

Le résultat est encore moins flatteur pour la France : 32%.

Cause n° 1 : un manque réel de visibilité sur les emplois et compétences dont l’entreprise aura besoin (futur plus ou moins proche) et qui permet aux équipes de recrutement de mettre en place les bonnes approches.

Cause n° 2 : le décalage entre les nouvelles aspirations des candidats et la culture d’entreprise.

D’après les professionnels du recrutement, les candidats recherchent aujourd’hui en priorité des perspectives de carrière (37%), la corrélation entre leurs valeurs et celles de l’employeur, et une culture d’entreprise centrée sur ses collaborateurs (21%).

Cause n° 3 : la difficulté de trouver des gens qualifiés.

Cause n° 4 : le faible usage des outils numériques pour sourcer plus large. Ainsi, très peu de professionnels du recrutement en France reconnaissent utiliser les technologies de recrutement mobiles (12%), ce qui est le plus faible taux d'utilisation à l’échelle mondiale. Les outils d’évaluation en ligne et l’entretien vidéo ont nettement plus la cote, avec un taux d’utilisation de respectivement 35 et 41%.

Source : http://www.focusrh.com/recrutement/e-recrutement-sites-emploi/le-recrutement-et-la-strategie-d-entreprise-sont-ils-deconnectes-29777.html

 

Lire la suite